Les guidons “gravel” : quelle est la meilleure solution?

Le gravel est la nouvelle coqueluche de la communauté cycliste. Et cette pratique s’accompagne bien sûr de matériel spécifique. Notre nouveau contributeur Chris White donne son avis sur les guidons, une pièce essentielle pour la stabilité et le confort. Pro de la mécanique et cycliste expérimenté, Chris n’a pas peur des mots et va droit à l’essentiel!

Écrit en anglais par Chris White. Traduction: cycliste.ch. Click here for an English version of this post on Chris’ website ridefar.info.

La tendance récente est d’équiper les vélos gravel avec des cintres de forme non standard : évasée, élevée et même à double niveau. Les marques vantent la façon dont la conception spéciale des guidons améliore le confort ou d’autres critères, mais il s’agit également d’un effort pour mieux différencier les vélos gravel des vélos de route et pour que leurs modèles se distingue des autres.

J’explique ici pourquoi je ne recommanderais pas l’utilisation de ces formes de cintre bizarres à la place d’un guidon standard de la largeur préférée et d’une potence de hauteur appropriée. Je propose de meilleures solutions pour atteindre l’objectif de ces guidons aux formes étranges tout en utilisant un guidon classique.

Guidons évasés – plus large, plus de contrôle

C’est la forme non standard la plus courante. La partie inférieure du guidon est évasée de manière parfois subtile et parfois extrême. L’idée est qu’il donne une position plus large et plus stable lors de la descente de sections gravel techniques et qu’il laisse plus de place pour les sacoches de guidon. Voici une liste de choses que je n’aime pas dans les cintres évasés :

  1. Beaucoup de gens gardent leurs mains sur les cocottes lorsqu’ils entrent dans des sections techniques; à cet endroit, les guidons évasés sont de la même largeur que la normale donc ils ne procurent aucun avantage.
  2. « Dans le creux» doit être la position de conduite la plus aérodynamique, mais le fait de l’élargir a un effet négatif important sur l’aérodynamisme. Par conséquent, le guidon ne devrait pas être plus large au creux qu’aux cocottes.
  3. Les guidons évasés font que les cocottes sont orientés vers l’extérieur, ce qui les place à un angle moins ergonomique pour les mains. Une ou deux marques fabriquent des cintres évasées qui ne s’évasent que plus bas, mais ce n’est pas le cas de la plupart des guidons évasés. Les cocottes inclinées peuvent en fait rendre la position de conduite plus étroite que sur un guidon non évasé de même largeur, ce qui va totalement à l’encontre du but recherché.
  4. Les sacoches de guidon ne s’adaptent toujours pas bien car la largeur au niveau des cocottes est normalement le facteur limitant.

Meilleure solution : Si vous voulez une position de conduite plus large ou plus d’espace pour une sacoche, utilisez un guidon non évasé plus large au niveau des cocottes.

Personnellement, je roule avec des cadres de 52 et 54 cm et j’utilise un guidon standard de 40 cm sur la plupart de mes vélos, sauf sur mon vélo gravel où j’utilise un guidon non évasé de 42 cm. Les 2 cm de largeur supplémentaire sont juste ce qu’il me faut et je ne trouve pas que je manque de contrôle sur les parties techniques.

Guidons élevés – plus haut, c’est plus confortable

Le Diverge de Specialized est équipé d’un cintre qui se relève des deux côtés de la potence. Le plus gros inconvénient est que l’espace principal pour le montage des accessoires est perdu, mais il est aussi assez laid.

Le cintre élevé est censé donner une position de conduite légèrement plus haute, ce qui est plus confortable et donne plus de contrôle, mais la même position pourrait facilement être obtenue avec une potence moins descendante. La potence pourrait même être relevée ou il serait possible de mettre plus d’entretoises en dessous. Les gens se plaindront que ces solutions ont l’air moins cool, mais pour moi, je pense que le guidon surélevé a l’air beaucoup moins attrayant et il est certainement moins pratique pour le montage d’accessoires.

Je suis un grand fan des vélos Diverge; j’en utilise un moi-même et je les recommande souvent à mes amis, mais je conseille toujours de demander que le magasin installe un guidon standard au lieu de cette solution peu pratique et laide.

Canyon Grail

Guidons à double couche – le flex vertical est confortable

Le Grail, le vélo gravel en carbone de Canyon, possède un guidon à deux niveaux, avec la potence intégrée au niveau inférieur alors que vous tenez la partie supérieure. Cela devrait ajouter un peu de flexibilité verticale pour rendre la conduite plus confortable, mais il y a des inconvénients majeurs :

  1. La géométrie et la façon dont le cadre est mesuré ne sont pas standards, donc l’achat de la bonne taille de cadre est plus compliqué que d’habitude. Cela peut être un problème sérieux car Canyon est une boutique en ligne sans conseil personnalisé sur les tailles et il est assez compliqué/coûteux de changer la taille du cadre si elle est incorrecte.
  2. La possibilité de modifier la position est extrêmement limitée en raison de la potence et du guidon intégrés et il serait coûteux de racheter un modèle différent, ce qui signifie que les gens sont moins susceptibles d’avoir une position adaptée. Là encore, cela ne poserait pas autant de problèmes si le vélo était vendu par un magasin qui pourrait s’assurer que votre vélo est livré avec des pièces qui vous conviennent, mais Canyon ne peut pas faire cela.
  3. Encore une fois, c’est un cintre super moche que je ne voudrais pas avoir sur mon vélo.

Canyon fabrique des vélos décents à très bon prix et je n’ai aucun problème à recommander à certaines personnes leur vélo gravel en aluminium, qui utilise un guidon et une potence standard. Cependant, je ne recommanderais pas le vélo en carbone à qui que ce soit simplement en raison du guidon et des problèmes de fixation qu’il peut créer. J’hésiterais beaucoup moins si j’achetais le vélo dans un magasin bien informé, qui propose un stock de cintres et de potences, mais ce n’est pas possible avec des vélos Canyon.

Une meilleure solution : Vous pouvez améliorer considérablement le confort en remplaçant votre potence rigide par une potence à suspension intégrée, comme la potence RedShift ShockStop (voir image ci-dessous). J’en utilise une depuis quelques années et je la trouve fantastique (voir mon compte-rendu ici). Le Diverge de Specialized est également un excellent vélo avec une suspension avant intégrée (que j’ai également examiné ici). Il existe aussi des fourches de VTT raccourcies qui sont maintenant vendues pour les vélos gravel, mais elles modifient la géométrie et l’esthétique du vélo et sont souvent exagérées.

Résumé des meilleures solutions

  • Si vous voulez plus de contrôle dans les sections techniques, installez un cintre plus large, mais choisissez-le plus large au niveau des cocottes au lieu d’un guidon évasé.
  • Si vous voulez une position plus relevée, changez de potence, retournez votre potence ou déplacez les entretoises. Ce n’est que si aucune de ces options n’est possible que vous devez envisager un guidon surélevé.
  • Si vous voulez plus de confort au cintre, montez-le avec une potence RedShift ShockStop ou procurez-vous un vélo gravel avec une suspension avant intégrée comme un Diverge. Évitez les problèmes de montage et d’esthétique causés par le Grail en carbone de Canyon.

Click here for an English version of this post.

Chris White

Chris est passionné par le cyclisme ultra-distance, le tourisme et la vie à vélo (vélotaf/cargo, etc). Il a grandi en Angleterre, a étudié aux États-Unis et au Canada, puis est venu en Suisse en 2005 pour travailler à l’UNIL en psychologie.  Depuis 8 ans il travaille comme mécanicien sur vélo dans la région lausannoise. Il pratique le cyclotourisme depuis plus que 20 ans, mais il est tombé amoureux de l’ultra-distance en 2014 quand il a fait sa première Transcontinental Race, une course de 4000 km à travers l’Europe à laquelle il a participé trois fois. Il a créé le site web RideFar.info, une ressource exceptionnelle pour le cyclisme ultra-distance et le bikepacking.