“Mountains: Epic Cycling Climbs” (nouvelle édition)

“Sur le flanc d’une montagne, un cycliste peut pédaler à un rythme qui concentre ses pensées. Il peut laisser son souffle donner le rythme avec une douce intensité et trouver la sérénité dans l’effort. Pour cela, je vais pédaler en montagne jusqu’à ce que je sois trop vieux ou trop cassé pour monter à vélo.”  Michael Barry

S’il y a une barrière de sécurité et que tu vas trop vite, tu dois coucher le vélo avant de heurter la barrière. Si tu heurtes le rail et que tu passes par-dessus, tu n’as vraiment aucune idée de ce qu’il y a de l’autre côté… c’est une mauvaise nouvelle. C’est pour ça que tu essaies de t’écraser en premier.” Bernie Eisel

Vue d’ensemble

Ce livre luxueux contenant plus de 200 photographies est bien plus qu’un livre de “coffee table” ou qu’une simple collection d’images de ces montagnes qui ont traditionnellement fait leur apparition dans les Grands Tours du cyclisme professionnel. C’est une ode à toutes ces montagnes d’Europe occidentale qui sont importantes pour les cyclistes, pas seulement le Mont Ventoux, l’Alpe d’Huez et le Passo dello Stelvio (bien que ces montagnes figurent également dans le livre). 

La présentation et le style variés des photographies – ainsi que les contributions écrites de cyclistes professionnels qui les accompagnent – soulignent l’ampleur et la grandeur des montagnes et ce que cela signifie d’envisager de faire du vélo dans ces magnifiques terrains de jeu. Le lecteur se voit rappeler l’importance physique des sommets et le fait que les montagnes sont là toute l’année et par tous les temps, et pas seulement un jour d’été ensoleillé où le Tour de France pourrait passer.

C’est un plaisir rare de voir autant d’ascensions de montagnes suisses en vedette – en particulier mes trois favorites : le Passo San Gottardo, la Grosse Scheidegg et le Col du Sanetsch.

Style

Les photographies sont présentées sous différents angles, tantôt la traditionnelle photo de route d’une course professionnelle (avec les coureurs, la caravane de course, les camping-cars et les fans en folie), tantôt une photo aérienne prise de loin par un drone ou un hélicoptère au plus profond de l’hiver. 

Blann présente ses photos dans des conditions de lumière variées et avec des points de vue différents. Parfois, les images sont présentées en noir et blanc ou dans un format granuleux, avec un ciel morose et couvert, des remontées mécaniques immobiles et des câbles électriques aériens en pleine vue. Parfois, aucun cycliste n’apparaît. Les pistes de ski, les sentiers de randonnée et les chemins agricoles sont souvent visibles le long des routes goudronnées, ce qui suscitera l’intérêt de tout amateur de gravel. Cette approche donne une image plus réaliste des montagnes telles qu’elles sont pendant les 364 jours de l’année où les caméras de télévision et les fans ne sont pas présents. 

Contributions écrites

Le livre contient des essais et des articles écrits par des cyclistes professionnels actuels et retraités. Certains des contributeurs sont très connus (par exemple Bernard Thévenet, Greg LeMond, Stephen Roche, Romain Bardet, Geraint Thomas et Lizzie Deignan), d’autres sont peut-être moins connus pour leurs exploits individuels sur deux roues (par exemple Bernie Eisel, Pedro Horillo et Tao Geoghegan-Hart). Tous apportent leur propre point de vue sur le cyclisme en montagne.

Chacune des contributions est rédigée en anglais (réd: une version française du livre sera disponible dès novembre). Certaines sont simplement des souvenirs personnels d’un moment précis d’une montée particulière dans une course particulière, d’autres sont plus introspectives et prosaïques (voir la citation de Michael Barry ci-dessus) ou offrent même des conseils pratiques (!) pour rouler en montagne (voir la citation de Bernie Eisel ci-dessus). L’inclusion de ces commentaires par des athlètes professionnels renforce encore l’attrait du livre et de ses photographies.

Détails et chiffres

Des cartes, des références et des données statistiques sur la majorité des ascensions (mais pas la totalité, y compris quelques montées suisses) sont incluses dans un index, qui comprend également des mini biographies de chacun des contributeurs. Le lecteur peut ainsi accorder toute son attention à chaque photo et s’imprégner de l’atmosphère représentée par l’objectif de l’appareil photo de Blann et le point de vue choisi. 

Malheureusement, si vous êtes un passionné de photographie, l’auteur ne fournit aucune information technique sur son équipement, les réglages de son appareil photo ou les techniques de photographie. 

Résumé

Il existe de nombreux livres photographiques représentant des montagnes et décrivant l’histoire associée entre ces montagnes et le cyclisme. Le fait que Blann soit un cycliste passionné, ainsi qu’un photographe, signifie qu’il a adopté une approche rafraîchissante qui est à la fois inhabituelle et plus réaliste que les images de cyclisme que l’on trouve plus souvent dans les magazines et les publicités de produits. Les contributions écrites ajoutent de la couleur et aident le lecteur à imaginer la sensation de pédaler sur un vélo dans chacune des montées présentées. 

Il ne s’agit pas d’un guide, mais d’un merveilleux livre “qui fait rêver”, qui dépeint les montagnes dans toute leur gloire – parfois chaudes, folles et encombrées, parfois éloignées, désolées et inhospitalières… mais toujours imprégnées d’histoire et toujours à couper le souffle ! 

Comment l’obtenir

J’ai acheté mon propre exemplaire de ce livre directement sur le site web de l’auteur (www.michaelblann.com) avant de décider d’écrire cette critique. L’exemplaire acheté était signé par l’auteur et était accompagné d’une sélection de cartes postales montrant des images qui figurent dans le livre. Attention aux frais de port en provenance du Royaume-Uni!

Jim Southorn

Jim Southorn

Un Anglais qui vit en Suisse depuis près de 10 ans. Passionné de vélo, il roule pendant toute l’année et par tous les temps. Il avoue qu’il possède 6 vélos. Lorsqu’il ne fait pas de vélo ou ne regarde pas ses enfants jouer au foot, il travaille comme avocat dans une banque à Genève. Suivez ses aventures sur Instagram @swisscyclingjim