Full or front

Rapi en action sur la MB Race 2019

Y’a bien un jour ou il fallait que j’écrive un truc sérieux. Mon titre est tout pourav mais voilà, l’heure est venue, quoi que…

Si le Dr Mabuse décrivait le VTT comme le vélo que l’on pratique dans les bois (cash investigation, juin 2016), la réalité est un peu plus complexe et le choix du vélo dépend clairement du terrain de jeu à disposition et du niveau du pratiquant.

La coupe du monde de Cross-Country passe maintenant à la télé (Redbull TV). On veut du spectacle alors on crée des sauts, des gros tas de cailloux et les pilotes optent le plus souvent pour le vélo tout suspendu. Une tige de selle télescopique et Monsieur (Madame) est servi(-e).

Pour la majorité des VTTéistosportifs, ce que Nino veut, Dieu le veut. C’est un fait… Mais faut avouer que peu d’entre nous font mumuse dans des « Rock garden » de l’espace.

Nino Shurter – Nove Mesto 2018

La pratique la plus courante c’est le format « marathon ».  Du chemin 4×4, du roulant. Du sentier qui secoue pas trop. « Hardtail isn’t dead !! ». Parce que le semi rigide est plus léger et qu’on aime se faire secouer un peu. (Ne me dites pas le contraire, vous qui rêvez d’escapades à la mode « Gravel ».)

Nous voilà donc bien avancés…   Alors pour qui, pour quoi ?

Le tout suspendu ? 

  • Ceux qui cherchent du confort
  • Les pilotes qui veulent descendre des trucs impossibles
  • Ceux qui ont compris que le poids ne fait pas tout
  • Le vélo 2-en-1, c’est-à-dire, un vélo rigide lorsque l’on bloque les suspensions et un vélo tout mou pour bien descendre

Le semi rigide ?

  • Les irréductibles Gaulois
  • Les chasseurs de grammes
  • Les coursiers qui veulent performer sur les marathons roulants
  • Ceux qui veulent faire des KOM à la montée

La réalité c’est qu’en 2019, les tout-suspendus deviennent toujours plus performants et de surcroît, les semi rigides tendent à disparaitre.  On prend 1kg sur la balance mais on descend mieux, on roule plus vite sur terrain accidenté. Vélo tout terrain, ce n’est pas moi qui le dit…  L’ajout d’une tige télescopique nous donne de la sécurité dans les portions techniques descendantes.  Un accessoire que l’on peut aussi greffer sur un semi rigide mais il faut avouer que c’est plus rare. 

La majorité se tournera donc naturellement vers le vélo le plus efficace en descente car c’est le plaisir qui prime. Les coureurs auront quant à eux deux vélos à disposition car ils seront souvent incapables de choisir. Et puis on ajoute un enduro, un e-bike et on est presque bons. N’oubliez jamais que le nombre de vélo idéal est toujours égal à N+1 !


Arnaud Rapillard

La Chronique de Rapi

Rapi, de son vrai nom Arnaud Rapillard, c’est l’une des personnalités les plus appréciées du sport valaisan, que ce soit pour son humour, ses connaissances techniques ou encore ses incroyables exploits sportifs. Récits de courses, tests matériels ou conseils d’entraînement, vous pourrez compter sur sa chronique pour répondre à toutes vos questions ou tout du moins vous faire rire un bon coup.

X