Dans les coulisses de la Groupama-FDJ sur le Tour de Romandie

Avec quatre coureurs suisses annoncés sur le Tour de Romandie, l’équipe française n’a pas manqué d’attirer sur elle les feux des projecteurs des médias nationaux avant même le départ de la course. Une attention qui n’a fait que de se renforcer dès le début de la course avec l’acquisition du maillot blanc par Benjamin Thomas lors même du prologue, puis par David Gaudu après la première étape, un maillot qu’il conservera pendant tout le reste de la semaine.

En levant les bras à l’arrivée de la deuxième étape à Morges, Stefan Küng rapportait la première victoire d’étape sur le Tour de Romandie 2019 à l’équipe. Une prouesse que Gaudu renouvelait le lendemain à Romont. Mais tout ceci, vous le savez déjà car vous l’avez lu dans les journaux, entendu à la radio et vu à la télévision.

© Groupama-FDJ

Ce que vous ne savez pas, c’est qu’en coulisses, s’activait toute une équipe d’hommes et de femmes dont le rôle était de créer un environnement optimal à la performance athlétique, c’est-à-dire la gestion de l’entraînement, l’entretien du matériel cycliste, la préparation des repas, les ravitaillements, les massages de récupération et bien d’autres aspects, qui tous, ont apporté leur pierre à l’édifice de chaque victoire.

Bouteilles d’eau, linges, fruits, tout est prêt à accueillir les coureurs après l’étape

Alors que le peloton bataillait en terres fribourgeoises dans l’après-midi du vendredi 3 mai, nous avons eu la chance de vivre l’étape en compagnie du staff de la Groupama-FDJ dans le bus même de cette dernière. Nous en avons donc profité pour apprendre un peu plus sur la mission de chacun(e) des hommes et femmes de l’ombre d’une équipe WorldTour sur ce Tour de Romandie et les voici :

      • Logés à Yverdon durant toute la semaine du TdR, les coureurs se rendaient sur chacune des étapes à bord du bus de l’équipe dont la conduite était assurée par un chauffeur, qui une fois arrivé à l’hôtel, endossait un deuxième rôle : celui de masseur. Afin que les transferts soient le plus confortables possibles, le bus est équipé de 6 sièges, de toilettes, d’une kitchenette, de deux douches ainsi que d’une « salle » dans laquelle ont lieu les meetings.
Au début de chaque course, les coureurs choisissent le siège qu’ils occuperont
      • Trois soigneurs occupaient diverses fonctions tout au long de la journée. Le matin, ces derniers dressaient la table du petit-déjeuner afin qu’il soit prêt pour 8h30. Essentiellement composé de produits glucidiques, il permettait aux coureurs, qui ne mangeraient plus avant le départ, de faire le plein d’énergie pour la journée à venir. Ils s’occupaient ensuite de préparer les bidons, les rice cakes, les wraps et autres produits énergétiques qu’ils devaient distribuer pendant l’étape. Une fois celle-ci terminée, leur journée n’était de loin pas achevée car en plus de préparer la table du dîner, ils devaient également masser chacun des coureurs.
Arrivés au bus après l’étape du jour, les coureurs démarraient leur récupération avec le mélange de glucides et protéines apporté par ce muesli préparé par les soigneurs
      • Si l’équipe dispose d’un cuisinier, ce dernier n’était pas présent sur le Tour de Romandie. Les repas des coureurs étaient par conséquent préparés par les hôtels d’après des menus adaptés à l’effort cycliste composés par l’organisation.
      • Chaque matin, les deux directeurs sportifs présents sur la course effectuaient un briefing concernant la tactique du jour. Pendant l’étape, ils suivaient le peloton dans leur voiture et restaient en contact permanent avec les coureurs afin de les informer de la direction du vent, des rétrécissements de la route à venir et de leur placement respectif. Le soir, ils passaient dans chacune des chambres afin de discuter des sensations du jour et affiner la stratégie du lendemain.
      • Au nombre de cinq dans l’équipe, c’est un seul médecin qui s’est déplacé sur le Tour de Romandie. Présent dans la voiture des DS pendant les étapes en cas de chutes, son rôle se révélait surtout en soirée lorsqu’il examinait physiquement chacun des coureurs dans le but de traiter d’éventuels bobos mais surtout afin de mettre en place des protocoles de ré-hydratation en fonction du poids corporel perdu au cours de la journée. Un « détail » dont il faut impérativement tenir compte lors d’une course par étapes lorsqu’on sait qu’il est très difficile de compenser une déshydratation et qu’une perte mineure d’environ 2% seulement peut avoir un impact négatif de l’ordre de 20% sur la performance sportive.
      • Leur rôle est essentiel et on rêverait d’avoir nous aussi trois mécaniciens qui nous suivent sur les courses en cas de pépin, qui s’occupent de nettoyer nos vélos chaque soir et qui les préparent avec les composants adaptés au profil de l’étape du lendemain.
      • Chaque soir, les données des coureurs étaient analysées par l’entraîneur qui les accompagnait. En plus de cette analyse post-course, ce dernier s’occupait également de conseiller aux coureurs les braquets et les roues les mieux adaptés à l’étape du lendemain afin qu’ils puissent à leur tour transmettre l’information aux mécaniciens.

        Au fond du bus, une “salle” accueille les meetings ou permet au staff de travailler en tranquillité – ici l’entraîneur
      • Finalement, le contact avec les médias, les points-presse ainsi que les relations avec les sponsors et les partenaires étaient assurés par l’une des deux attachées de presse de la Groupama-FDJ. Autant dire qu’avec les exploits de l’équipe, les sollicitations ont été nombreuses au cours de la semaine.

        Les placards du bus regorgent de produits Apurna, partenaire officiel de l’équipe

Cette immersion au sein de l’équipe a été une expérience inoubliable pour les passionnés que nous sommes. En effet ce n’est pas tous les jours que nous pouvons regarder David Gaudu remporter sa première victoire WorldTour tout en étant assis dans le siège de Stefan Küng dans le bus de leur équipe. A défaut de ne pas avoir pu vous faire une vidéo à la façon de GCN, on espère que notre récit et nos quelques photos vous plairont et vous transporterons, à vous aussi, dans ce monde qui nous fait tant vibrer et rêver.

logo signature cycliste

CYCLISTE.CH

Réunir les pratiquants romands du cyclisme autour d’une seule et même passion, vous apporter les dernières nouvelles du cyclosport, essayer du matériel avant de vous le suggérer, vous interroger sur votre pratique, vous proposer des idées d’itinéraires, mettre en jeu des dossards pour des courses, telles sont les prétentions et objectifs de Cycliste.ch, une plateforme gérée par des passionnés pour des passionnés et on l’espère, une communauté à en devenir.