Troisième édition de la SUCH: un ultra atypique

C’est demain 7 septembre que démarre le Swiss Ultracycling Challenge (SUCH). De quoi s’agit-il? Cet événement ultra organisé par Marc Egger et Vincent Muehlethaler, eux-mêmes ultracyclistes, est atypique. Le principe: il faut partir à 10h10 de la gare de son choix, rouler dans les 26 cantons suisses, passer par un certain nombre de checkpoints et terminer à Berne.

Tout le reste est laissé au libre choix des participants: le parcours, où l’on s’arrête pour dormir (si on dort), comment on se ravitaille… le tout dans l’esprit “self supported”: on peut seulement avoir recours à des services disponibles pour tous les participants (magasins, hôtels etc) et toute assistance “privée” est bannie.

L’an dernier, j’ai participé à la seconde édition de la SUCH (ou du “zourrrr” comme le disent les suisses allemands). J’avais aimé l’idée de visiter mon pays d’une traite et je m’étais déjà bien amusé à concevoir et optimiser mon parcours.

Les concurrents sont partis de différents endroits mais la majorité d’entre eux s’étaient rassemblés à Lavorgo (Tessin), qui était également mon point de départ. Mon plan était de prendre 3 jours et de rouler entre 280 et 350km par jour pour compléter mon itinéraire.

De nombreux participants ont choisi de bivouaquer sur le bord de la route pendant l’événement et les coureurs les plus rapides n’ont tout simplement pas dormi. Ma stratégie était différente : je me suis arrêté pendant environ 5 heures dans un hôtel les deux nuits pour m’assurer d’être éveillé, (assez) rapide et heureux jusqu’à l’arrivée.

Cela a bien fonctionné. Il m’a fallu un peu moins de 58 heures pour parcourir les 996 km de mon parcours. J’étais content, sachant que Loïc, le plus rapide, a bouclé son parcours en 38 heures, sans dormir. Même en enlevant les 10 heures que j’ai passées à l’hôtel, il a encore mis 10 heures de moins que moi pour un kilométrage équivalent…

J’ai eu quelques mauvaises passes et beaucoup de moments formidables, comme les grands cols alpins (Nufenen, Furka et Grimsel) le premier jour. Je n’oublierai jamais le coucher de soleil à Lucerne et la montée des Gorges du Pichoux, dans le Jura, dans l’obscurité totale à la fin du deuxième jour.

J’avais emmené une GoPro avec moi et, comme souvent, je n’ai pas pris le temps de monter une vidéo digne de ce nom. Voilà une version brute de décoffrage, qui montre tout de même les hauts et les bas que l’on traverse sur ce genre d’événement. Il suffit d’écouter le ton de ma voix 😉 Je crois qu’on comprend aussi quelle est l’obsession n°1 dans ce genre d’épreuve: la bouffe.

Mon parcours sur komoot:

Cette année, les checkpoints sont particuliers car il s’agit d’emprunter des transports publics: téléphériques, bateaux, funiculaires… Cela ajoute une complication supplémentaire: il faut se présenter pendant les heures d’ouverture. Celles et ceux qui arriveront au sommet du Sanetsch trop tard auront droit à une nuit bien froide à 2100m d’altitude!

Vous pouvez suivre la course en live sur www.followmychallenge.com/live/such22/ et sur Insta: www.instagram.com/such.bike

Bonne chance à tous les participants! Plusieurs contributeurs de cycliste.ch seront au départ, donc on peut attendre un ou plusieurs article(s) après la course. Nous repartagerons aussi des stories sur Insta, alors n’hésitez pas à mentionner @cycliste.ch si vous participez ou si vous suivez la course.

Site Internet de la SUCH: https://such.bike.

Et voici encore quelques photos de l’édition 2021:

J'ai passé plus de temps à créer ma trace qu'à la parcourir
Mon équipement, qui m'a permis d'affronter une météo... changeante sur les 3 jours
Et mon vélo: le Scott Addict RC, un pur-sang que j'ai transformé en parfaite bête de bikepacking sur les routes rapides de la SUCH
Une belle ambiance au départ à Lavorgo
Pas besoin de préciser où cette photo a été prise!
A fond la caisse sur les rives du Rhin
Avant dernier check point: le Reposoir près de Genève
Alain Rumpf

Alain Rumpf

Cycliste passionné depuis plus de 35 ans, Alain Rumpf est bien connu sur les réseaux sociaux grâce à son compte « A Swiss with a Pulse » qui compte plus de 13’000 followers.

Dans une précédente vie, il a été coureur cycliste Elite et a travaillé 20 ans pour l’Union Cycliste Internationale. En 2014, il décide de quitter le confort d’un bureau pour devenir guide, photographe, rédacteur et consultant. Il collabore avec Suisse Tourisme, Haute Route, Scott, Apidura, Alpes Vaudoises, komoot, Vélo Magazine et bien d’autres. Il dirige le site Switchback, un guide du vélo de route et du gravel dans les Alpes et au-delà. Découvrez ses projets sur son site www.aswisswithapulse.com et tous ses articles sur cycliste.ch.

X