Casque Lazer KinetiCore Strada: premières impressions

De toutes les pièces d’équipement de vélo que j’achète, je dois admettre que mon casque est celui sur lequel je passe le moins de temps à faire des recherches. Lorsque j’entre dans un magasin de vélo pour en acheter un nouveau, mes critères sont les suivants :

  1. Est-ce qu’il est joli sur ma tête ?
  2. Est-ce qu’il est agréable à porter ?
  3. Est-il à un prix correct ?

On peut dire que ce petit composant pourrait être la pièce d’équipement de vélo la plus importante que l’on puisse acheter, en cas d’accident évidemment. Je devrais donc peut-être prendre l’achat d’un casque un peu plus au sérieux. Mais de la façon dont j’ai toujours considéré la question, les casques de vélo sont généralement fabriqués pour répondre à une norme réglementaire, et presque tous les nouveaux casques sur le marché sont équipés d’une forme de technologie conçue pour réduire l’impact sur notre tête. Alors, cela a-t-il vraiment de l’importance ?

Eh bien, peut-être, peut-être pas. Certaines de ces nouvelles technologies sont étayées par des données scientifiques. D’autres ne sont peut-être que du marketing. Mais au fur et à mesure que ces nouvelles technologies et matériaux exclusifs sont intégrés dans presque tous les casques que vous pouvez acheter, les prix augmentent. Et le prix est important pour moi.

Bienvenue donc à KinetiCore (pour plus d’informations sur cette technologie, voir ici). Oui, cette technologie est la propriété de la marque Lazer, mais cela signifie que Lazer peut produire ses propres casques sans avoir à payer les droits d’utilisation de MIPS, la technologie de sécurité la plus courante aujourd’hui. Ainsi, cette marque belge centenaire peut désormais produire un casque high-tech relativement bon marché pour l’ensemble de sa gamme de produits.

La technologie KinetiCore

Bon, le troisième critère est rempli. Je n’ai pas le choc du prix lorsque je regarde ces casques.

Mais est-ce qu’il a l’air bien et se sent bien sur ma tête ? La réponse courte est oui.

J’ai roulé avec le modèle Lazer KinetiCore Strada pendant notre beau et chaud printemps et je dois dire que je l’aime bien ! J’utilise un casque Specialized depuis quelques années et je peux déjà remarquer les différences suivantes :

  • Le casque Lazer s’adapte bien à ma tête, bien mieux que mon casque précédent. Une fois qu’il est en place, il ne bouge pas du tout. Je devais souvent ajuster mon ancien casque, notamment pour qu’il ait l’air “droit” vu l’obsession photographique de mon mari. Ce casque est confortable et bien ajusté en même temps, alors que si je serrais trop mon ancien casque, il était inconfortable à porter.
  • Il est léger. Cela n’a peut-être pas d’importance pour ceux qui sont prêts à dépenser beaucoup d’argent pour avoir un casque léger. Mais en considérant que le casque Lazer Strada est plus ou moins équivalent à mon casque actuel, je n’ai pas à dépenser une fortune pour une réduction de poids de 50 g (S Lazer Strada – 280 g, S Specialized 330 g).
  • Grâce à notre période de chaleur actuelle, j’ai pu tester le casque sur une montée très chaude au Col de la Croix (ma montée locale). Je n’ai jamais ressenti de surchauffe comme je pouvais parfois le sentir avec mon casque précédent. Grâce à la conception du KinetiCore, il y a moins de contact du matériel avec la tête, ce qui pourrait expliquer le confort supplémentaire lors de cette journée chaude.
  • Je trouve qu’il a l’air bien sur ma tête. Mais ce n’est que mon opinion totalement biaisée. À chacun de décider s’il aime le design.
Un casque qui tient droit! Merci, dit le photographe

Il y a une caractéristique supplémentaire que je n’ai pas testée et qui pourrait intéresser un acheteur… un endroit pour fixer une lumière à l’arrière du casque. J’ai des feux arrière sur toutes mes vélos, donc ce n’est pas une nécessité pour moi. Mais pour d’autres, ce pourrait être une fonctionnalité intéressante.

Maintenant, les désavantages.

  • Mesdames ou messieurs aux cheveux longs, j’ai de mauvaises nouvelles. Si vous aimez porter vos cheveux en queue de cheval, il n’y a pas vraiment d’endroit pour les faire sortir par l’arrière du casque ! Il s’agit plus d’une gêne que d’un réel problème, qui de plus est commune à un grand nombre de casques sur le marché. Mais comme j’ai roulé pendant 20 ans avec des casques qui me permettaient de faire sortir facilement mes longs cheveux au-dessus du mécanisme de serrage du casque, et donc de mon cou les jours de chaleur, cette caractéristique (ou son absence) est un peu gênante. Il faut soit attacher ses cheveux beaucoup plus bas, soit sur le côté pour que les cheveux ne vous gênent pas en roulant.
  • Le mécanisme de serrage n’est pas très facile à utiliser, surtout si vos doigts sont mouillés ou glissants (à cause de la sueur, de la crème solaire, etc.).
  • Le casque n’est pas aussi facile à glisser sur ma tête que mon autre casque. Même lorsque le mécanisme de réglage est au minimum, la forme du support arrière fait que je dois tirer sur le support pour l’ouvrir et placer le casque de l’arrière de ma tête vers l’avant. C’est un inconvénient mineur si l’on considère l’avantage en termes d’ajustement et de confort que le support permet.
Le système de serrage et son réglage, petits inconvénients du casque KinetiCore Strada

Donc, dans l’ensemble, je recommande ce casque. C’est une amélioration bienvenue par rapport à mon casque précédent et j’ai hâte de l’utiliser pendant de nombreuses années. Et surtout, j’espère ne jamais avoir à tester la nouvelle technologie 😉

Lillie Rumpf – Cycling Heidi

Lorsque Lillie est arrivée de la Californie du Sud en Suisse romande en 2008, elle a vécu un choc culturel. L’époque des sorties “fun” était révolue. Les Suisses prenaient leur sport au sérieux. Bien trop au sérieux. Sentant que cette attitude n’était pas de nature à encourager les débutants dans le monde du vélo, elle a décidé d’apporter un peu de fun californien. Elle a guidé pendant de nombreuses saisons la sortie “sociale” de The Bike à Lausanne (avant la naissance de son fils) et elle continue à organiser des sorties occasionnelles le week-end pour les femmes et les débutants dans la région lausannoise et les Alpes vaudoises où elle habite. Ses balades comprennent toujours des activités d’aventure, de formation et, bien sûr, des « burgers and beer ». Elle s’occupe également du contenu sur cycliste.ch. Contactez-la à lillie@cycliste.ch si vous souhaitez participer à ses aventures à vélo!

X