Une traversée des Pyrénées ça se prépare dès janvier

Pour préparer la saison différemment et aussi pour éviter tout risque de blessure , en parallèle du vélo, depuis le début décembre j’ai fait appel à une coach ce qui me permet de travailler des zones du corps différentes et d’ainsi renforcer le dos qui me pose quelques soucis l’hiver.
Au programme : renforcement musculaire, grainage , travail de force et de puissance sur différentes machines mais surtout avec le poids du corps .
Après quelques séances (1 fois par semaine sur 10 semaines) les résultats ont été très encourageants dès le début .
Moins de douleurs de dos et plus de facilité à rester dans la même position pendant des heures.
Pour cette nouvelle année , j’ai aussi changé de monture !
J’ai choisi de passer sur un Specialized Tarmac S-Works SL6 équipé en Dura-Ace DI2 avec un capteur de puissance ( 52-36 et 11-30 en braquet pour les curieux ?)

Au passage je remercie Specialized France pour leur intérêt à mon projet et le magasin de Specialized Brand Store Espace Velo de La Roche sur Yon pour l’étude posturale !

Après quelques sorties d’adaptation pour tester les prouesses de la bête , premier grand test sur terrain montagneux, le week-end du 17 Février.
Le premier rendez-vous avec la montagne a eu lieu au Pays Basque à la frontière espagnole à Hendaye.
Gros avantage du Pays Basque , on reste proche de de la mer avec la possibilité de monter à 1000m d’altitude sans craindre ni neige ni froid .
Pour la sortie du samedi , 190km et 3700m de dénivelé étaient au programme dont quelques montées très raides ( 28% max au Muro de Aia ) et un temps incroyable pour la mi-février : 22 degrés !!
Le lendemain et avant de rentrer , 130km et 3600m de dénivelé.

Cette sortie était particulièrement intense avec de nombreuses montées de 5km à 9%, une de 15km a 6,5% et surtout le point d’orgue de la sortie, la montée de L’Artzamendi ( 10,5km a 8%) alors sur le papier rien d’anormal , mais en se penchant sur le profil de la montée surnommée “l’enfer Basque” on s’aperçoit que se ne sera pas simple !

© www.cyclingcols.com
La première partie de la montée présente un profil instable , de nombreux passages à 15% avec des coupures incessantes !
Les 5 derniers kms sont époustouflants et incroyables , à plus de 15% sans jamais descendre mais en passant à 20% Max et près d’un km à 18% , c’est en fait la montée qui présente les pourcentages les plus raides sur ce type de montée en France .
La sortie se clôture par la fameuse côte du chrono du Tour de France 2018 : St Pee sur Nivele – Espelette avec ses passages à 20% .
Après ce court passage en été , c’est l’heure de rentrer à la maison pour continuer de préparer la saison.
A suivre…
Alexis

Alexis Gouin

A 26 ans, Alexis Gouin, coureur pour la Chadam Cycling Team s’est lancé un défi hors norme pour 2019 : relier Bayonne à Collioure d’une seule traite en passant par les plus beaux sommets des Pyrénées. Originaire de la Vendée, ce jeune et talentueux passionné a accepté de partager avec les lecteurs de Cycliste.ch la préparation qui l’occupera ces prochains mois pour cette aventure de 695km et 18’000m de dénivelé.

Suivez-le sur :

Instagram 

Strava

Voir tous ses articles