Mais c’est quoi la douleur ?

Dans cet article d’une série consacrée au combat de la tête et du corps contre le stress quotidien, Lillie parle des sources des douleurs chroniques et des moyens s’en sortir.

Pour le premier article, voir ici. Pour le deuxieme article, voir ici.

For this article in English, click here.

Cette semaine, je dois rouler environ 500 km en 3 jours afin de terminer une course appelée Dead Ends & Cake. Comme elle se déroule en Suisse, il faut compter avec un total d’environ 8000 mètres de D+. Oh, et je dois mentionner que je n’ai recommencé à faire mon vélo de route “sans assistance” qu’en avril depuis ma maladie en août 2019 (voir articles 1 et 2).

Donc, en partant d’une condition physique de base de ZÉRO, comment vais-je réellement pouvoir accomplir cela ? Et sans me faire mal, bien sûr. En fait, c’est assez simple. J’ai pris à cœur les paroles immortelles du campionissimo des années 40 et 50 Fausto Coppi, à qui l’on demandait le secret de son entraînement: “faire du vélo, faire du vélo, faire du vélo !”

Donc, pour m’améliorer, je fais simplement du vélo. En fait, je fais beaucoup de vélo. Dans le cadre de mon entraînement, je devais bien sûr tester ma capacité à parcourir autour de 150 km dans une journée. Inspirée par un article de cycliste.ch sur les chemins inconnus autour du Mollendruz, j’ai décidé de tester le mois dernier ce que je pouvais physiquement accomplir en une journée.

Le parcours de 148 km et 2700m m’a pris 10 heures. Et quelque chose de tout à fait ordinaire s’est produit pendant ce périple, que je n’avais pas ressenti depuis longtemps… J’ai développé des douleurs.

Mes amis cyclistes, vous connaissez tous ces douleurs :

  • S’asseoir sur cette toute petite selle faite d’on ne sait quoi devient misérable, et je commence à me déplacer, à me lever, à faire n’importe quoi pour trouver un endroit non douloureux où m’asseoir.
  • Je pouvais à peine tourner la tête pour faire des virages et signaler mes changements de direction dans le trafic de Morges, tant mes épaules et mon cou étaient raides à force de tenir ma tête en l’air toute la journée.
  • Et mes mains, oh, c’était le pire… elles picotaient avec d’occasionnels élancements nerveux que j’essayais d’éviter comme le COVID. Ouvrir mon petit sac de bonbons était presque une torture mais c’était indispensable pour nourrir cette bête affamée.

Mais cette douleur “ordinaire” a été l’une des expériences les plus heureuses que j’ai vécues au cours de mon processus de guérison qui dure maintenant depuis presque deux ans. J’étais littéralement en larmes de joie. Pourquoi ? Je venais de passer 10 heures d’enfer sur un vélo. Toutes ces douleurs étaient tout à fait normales… il fallait s’y attendre car cela faisait des années que je n’avais pas roulé aussi longtemps. Woohoo je suis normale, p… !!!

Et comme un être humain normal, mon corps a guéri. Après un bon repas, une bière et une bonne nuit de repos, je me suis senti en pleine forme le lendemain, prêt à rouler un autre jour.

Cycliste heureuse savourant un "vrai" café au col du Grand St. Bernard

La vie dans la douleur chronique

Presque tous les jours depuis août 2019, je commence ma journée dans la douleur. Les bons jours, ce sont de légères brûlures dans les muscles. Les mauvais jours, les coups de poignard sont si intense que je dois me tenir aux murs et résister à l’évanouissement et aux vomissements. Heureusement, au cours des derniers mois, ma douleur s’est réduite à un simple désagrément, et même les mauvais jours, je sais qu’elle n’est que temporaire.

Chaque jour où j’ai cette douleur, je dois me rappeler qu’elle n’a rien de physique. Oui, mes muscles sont tendus, mes articulations me font mal, mes nerfs sont coincés et palpitent, et je ressens la douleur qui en résulte. Mais je n’ai aucun problème physique. Il n’y a pas de blessure ! Depuis août 2019, je me bats en fait avec des mouvements restreints à cause d’adhérences du fascia qui peuvent néanmoins me laisser dans une douleur handicapante.

Une courte vidéo (en anglais) sur le fascia. ARTE a également réalisé un excellent programme (1 heure) sur le fascia ici : https://www.youtube.com/watch?v=2lKDcNvQ9FQ. Ces vidéos m’ont été envoyées par Tim suite à mes premiers articles sur le site. Merci la communauté cycliste.ch!

Mais comment le fascia musculaire peut-il être endommagé si ce n’est par une blessure ? C’est simple, nos muscles se contractent aussi sous l’effet du stress – c’est une réponse auto-immune. Plus le corps est stressé, plus les muscles sont tendus et privés d’oxygène. Cela conduit à la détérioration des muscles et à une augmentation de la douleur. Par exemple, pensez aux points noueux dans votre cou et vos épaules qui s’accumulent après une longue journée passée devant l’ordinateur. Imaginez que ces points durent des jours, des semaines, des mois, voire des années ?

En octobre 2019, 2 mois après le début de ma maladie, j’avais tellement d’adhérences dans tout le corps que mes physiothérapeutes ne savaient même pas par où commencer. La plupart du temps, j’étais ankylosée comme si j’avais 100 ans. Je devais prendre de puissants analgésiques pour accomplir des tâches élémentaires, pour sortir du lit la plupart du temps. Il y avait tellement de dégâts et de douleurs un peu partout qu’il était difficile de trouver la source. Il a fallu des mois de massage intense pour dégager et lisser la plupart des fascias. Mais même après avoir éliminé presque tous les points, ils revenaient sans cesse. Pourquoi mes muscles étaient-ils constamment tendus, même après la thérapie ?

Le vélo électrique a été mon sauveur. Les spécialistes de la douleur chronique m’ont dit que le mouvement était ce dont j’avais besoin pour échapper au cycle éternel de la douleur (voir diagramme ci-dessous). Et ils avaient raison. Chaque jour où je fais du vélo, peu importe à quel point je me sentais mal au début, la douleur disparaissait presque toujours dans l’heure qui suit. Mais la douleur revenait toujours après l’exercice. Les mêmes points revenaient aux mêmes endroits, peu importe la quantité d’exercice ou de thérapie physique que je faisais. Mais pourquoi ?

Pour comprendre pourquoi, il faut d’abord comprendre d’où vient la douleur.

Alors, qu’est-ce que la douleur précisément ?

Nous la connaissons tous. Nous la ressentons tous. Mais d’où vient-elle ? Pourquoi certaines personnes semblent-elles avoir une tolérance infinie à la douleur et d’autres non ? Certaines personnes sont capables d’ignorer complètement la douleur pour atteindre un objectif. D’autres abandonnent dès le premier picotement d’inconfort.

Traditionnellement, les sources de la douleur sont classées en trois catégories :

  1. La douleur due à une sorte de blessure physique (par exemple, un membre cassé, une piqûre d’abeille).
  2. La douleur due à la réaction inflammatoire à la blessure
  3. La douleur résultant d’une lésion du système nerveux causée par la blessure (par exemple, un nerf coincé).

La douleur devrait disparaître avec le temps, au fur et à mesure de la guérison du corps, surtout pour les deux premiers types de douleur. Le troisième type est plus compliqué, car les nerfs ne guérissent pas aussi bien que d’autres parties du corps, et les lésions du système nerveux peuvent donc certainement entraîner des douleurs chroniques qui durent toute la vie. Des choses comme la paralysie et le membre fantôme entrent dans cette catégorie.

Cependant, la source de la douleur chronique peut parfois être extrêmement obscure. Des millions de personnes dans le monde souffrent de douleurs chroniques sans origine physique reconnaissable. C’est un problème qui prend des proportions épidémiques.

Les hormones de stress et la réponse auto-immune

Heureusement, de nombreuses recherches se concentrent désormais sur la manière dont les systèmes endocrinien (hormonal) et immunitaire jouent un rôle clé dans la perception de la douleur par l’individu. La douleur est une réponse auto-immune qui nous indique que quelque chose ne va pas. Ce “mécanisme de perception de la douleur” se développe à partir des premières expériences de la vie et détermine comment notre corps traitera la douleur pour le reste de notre vie.

Mais la perception de la douleur par notre corps peut également être modifiée par un traumatisme, tant physique qu’émotionnel. Ma perception de la douleur a été modifiée par un traumatisme émotionnel, ce qui est peut-être le cas de millions de personnes souffrant de douleurs chroniques. Selon la théorie de nombreux chercheurs, la source de la douleur est enfouie dans l’inconscient. Et malheureusement, la réponse endocrinienne et immunitaire affecte l’esprit et le corps de telle manière que les personnes souffrant de douleurs chroniques sont littéralement prises au piège dans un cycle de douleur éternel.

Notre corps est incroyable pour faire tout ce qu’il faut pour nous maintenir en vie. Un mécanisme clé est le système endocrinien. Si vous avez déjà surmonté une situation vraiment dangereuse, vous comprenez exactement comment ce système fonctionne. Votre rythme cardiaque s’emballe. Des hormones comme l’adrénaline et le cortisol entrent en action. Vous ressentez une poussée d’énergie dans tout le corps. Votre esprit est clair et le temps semble soudainement ralentir. Vous pouvez agir pour faire exactement ce que vous devez faire pour survivre. Il s’agit d’une réponse automatique à un danger extérieur. Elle peut être déclenchée en un instant et vous donner des superpouvoirs pour surmonter une énorme douleur ou des obstacles physiques. C’est une partie incroyable de notre système auto-immune qui nous a permis de survivre en tant qu’espèce jusqu’à ce jour. Ce système est probablement responsable de vous aider à survivre à certaines de ces erreurs de jugement de “type 3 fun”.

Dans le passé, j’ai suivi le mantra HTFU : serrer les dents, ignorer la douleur et aller de l’avant. J’ai une volonté de fer… je n’abandonne jamais ! Comme je le décris dans l’article 2, je n’ai pas peur de la souffrance. Peut-être même que je l’embrasse. Mon seuil de tolérance à la douleur était très élevé.

Cette attitude m’a permis d’avoir beaucoup de succès dans la vie. Mais elle a aussi été à l’origine de ma maladie – parce que je n’écoutais plus les signaux de douleur que mon corps envoyait. J’ai mis de côté et ignoré ce que mon cerveau sensoriel me disait afin d’accomplir mon objectif conscient. Jusqu’au jour où mon propre esprit inconscient s’est vengé en raison d’un danger perçu. Je ne connaissais pas le monstre que je réprimais, l’ampleur écrasante de ma rage inconsciente. L’esprit conscient n’a aucune chance de gagner contre l’inconscient.

Mon burn-out était une réponse auto-immune à un stress externe. J’avais enfoui dans mon inconscient des années de manipulation et d’abus émotionnels sur mon lieu de travail. Et un jour, ma conscience s’est réveillée et l’a vu, et j’ai eu une réponse endocrinienne écrasante. Comme si j’étais sur le point d’être attaquée par un ours. En conséquence, le système d’alerte de mon corps a associé mon travail à un lieu de danger. Parce que j’ai continué à aller travailler après le choc, mon inconscient a fait en sorte que le système nerveux génère de la douleur pour détourner l’attention du véritable fardeau émotionnel que je vivais. Ce n’est qu’une fois que j’ai pu faire face à la source émotionnelle du traumatisme, grâce à diverses formes de rééducation et de thérapie psychologique, en combinaison avec une thérapie physique (chiropractie, ostéopathie, massage, acupuncture et exercices spécifiques pour la rééducation musculaire), que la douleur physique a enfin commencé à s’atténuer.

Pour mieux comprendre comment le système auto-immun fonctionne pour induire la douleur, je recommande vivement la lecture de The Mindbody Prescription du Dr John Sarno. (Le meilleur anti-douleur c’est votre cerveau en français)

Video: un excellent résumé (en anglais) du livre du Dr Sarno

Voici donc mon parcours… surmonter le traumatisme qui a amené mon système de perception de la douleur à traiter le stress comme une douleur. Une grande partie de mon parcours consiste à apprendre à gérer le stress par des exercices mentaux et la pleine conscience, et à découvrir lentement les multiples sources de traumatisme qui continuent à déclencher ma douleur.

Mais l’élément clé de ma guérison a été l’exercice et le stress physique – je dois réapprendre à mon corps et à mon esprit ce qu’est une douleur “normale” et ce qu’est une douleur qui peut être ignorée. Les plaies de la selle provoquent des douleurs physiques. La honte, le regret et la colère refoulés ne le devraient pas. En fait, je dois reconstruire mon seuil de tolérance à la douleur. Il s’agit en effet d’un long voyage avec beaucoup de hauts et de bas, mais c’est l’aventure d’une vie qui, au final, ne fera que me rendre plus fort. C’est vraiment aussi simple que Fausto Coppi l’a dit: pour aller mieux, “fais du vélo, fais du vélo, fais du vélo !”

Lillie Rumpf – Cycling Heidi

Lorsque Lillie est arrivée de la Californie du Sud en Suisse romande en 2008, elle a vécu un choc culturel. L’époque des sorties “fun” était révolue. Les Suisses prenaient leur sport au sérieux. Bien trop au sérieux. Sentant que cette attitude n’était pas de nature à encourager les débutants dans le monde du vélo, elle a décidé d’apporter un peu de fun californien. Elle a guidé pendant de nombreuses saisons la sortie “sociale” de The Bike à Lausanne (avant la naissance de son fils) et elle continue à organiser des sorties occasionnelles le week-end pour les femmes et les débutants dans la région lausannoise et les Alpes vaudoises où elle habite. Ses balades comprennent toujours des activités d’aventure, de formation et, bien sûr, des « burgers and beer ». Elle s’occupe également du contenu sur cycliste.ch et vous pouvez retrouvez tous ses articles ici. Contactez-la à lillie@cycliste.ch si vous souhaitez participer à ses aventures à vélo!

X